INRI et le Symbolisme de la lettre N inversée.
31 octobre 2019
Andrew Michael Ramsay
1 novembre 2019

Agartha et Roi du Monde

L’histoire de l’humanité que nous connaissons ne représente qu’une seconde sur l’échelle de la cosmogonie. Quels sont les évènements, les civilisations qui ont précédés cette seconde ?

Notre modestie d’Homo Sapiens dusse-t-elle en souffrir, nous venons juste d’apparaître sur la montre de Chronos, mais qu’est-il advenu de nos prédécesseurs car statistiquement comment pourrions-nous être les premiers et les seuls ? Les Atlantes, les Lémuriens et bien d’autres nous ont précédés.

Sont-ils partis à la conquête d’autres planètes après avoir épuisés les ressources de la Terre ?
Ont-ils tous disparus suite à un cataclysme naturel, suite un cataclysme nucléaire ?
Certains sont-ils encore parmi nous ? Ou se seraient-ils réfugiés ?
Dans les entrailles de la Terre ? Après tout la Terre est notre maison, pourquoi vivre sur le toit de la maison plutôt qu’à l’intérieur ?

Jules Verne n’est pas le seul à nous parler de ce monde sous-terrain dans plusieurs de ces ouvrages. Mais il nous a parler aussi des voyages lunaires, des sous-marins et bien d’autres sujets avant leurs arrivées. Pourquoi se serait-il trompé sur ce sujet ?

     

Bien d’autres personnages partagent l’idée que notre terre serait creuse, je vous laisse faire vos propres recherches.

Il est à noter que l’existence de « royaumes souterrains » est partie intégrante de nombreuses croyances religieuses, comme les Enfers de la mythologie, le Svartalfheim des Scandinaves ou l’Enfer chrétien. La notion de monde souterrain est aussi ancienne que répandue. Elle est présente dans les écrits culturels et religieux de l’Égypte et de la Grèce antiques.
Étrangement, des parallèles peuvent être établis entre la notion de Terre Creuse et les traditions mystiques orientales. En particulier, la notion bouddhiste de Agharta, qui suppose un monde souterrain et mystique existant depuis l’aube de la préhistoire. Selon la tradition bouddhiste, le Royaume d’Agharta, est réputé pour être un lieu de paix et tranquillité dont les habitants, au nombre de plusieurs millions, ont atteint un haut degré d’accomplissement scientifique.
Le monde souterrain serait d’une beauté surprenante, avec des soleils intérieurs, des lacs, et des palais de cristal pur. Des émissaires de confiance effectueraient des missions à la surface pour aider l’Humanité à s’élever à un état supérieur de conscience spirituelle.
Les lamas connaissent l’Agartha et sa capitale Shambhala. Nul ne peut y pénétrer s’il n’y a pas été invité, ou si son karma n’est pas prêt pour cela. Les lamas en protègent l’entrée sacrée.
En 1880, selon les déclarations des Indous, le Roi du Monde aurait fait une prophétie quand il est apparu au monastère de Narabanchi : » Les peuples d’Agartha sortiront de leurs cavernes et apparaîtront à la surface de la terre. »

En Amazonie les aborigènes affirment qu’il y a tout un monde à l’intérieur de notre planète.
Les Indiens Macuxi sont des Indiens vivant en Amazonie, dans des pays comme le Brésil, la Guyana et le Venezuela. Selon leurs légendes, ils sont les descendants des enfants du Soleil, le créateur du feu,  de la maladie, et de la protection de la Terre intérieure.

On sait qu’il existe beaucoup d’entrées disséminées partout sur la planète, beaucoup de noms circulent : Cueva de los Tayos, Équateur – Désert de Gobi, Mongolie – Grotte de la sibylle de Colchide, mont Atlas, Géorgie – Grotte de la sibylle de Cumes près de Naples, Italie – Chutes d’Iguaçu, Argentine – Mammoth Cave, Kentucky, États-Unis – Mato Grosso, Brésil – Mont Epomeo, Italie –  Uluru (Ayers Rock) Australie – Bugarach (Aude) France – Grottes (Ngog Lituba) Cameroun etc…

D’ailleurs, il n’y a pas que notre planète qui serait creuse, notre Lune le serait, et toutes les planètes dans l’univers le seraient également !

Alors que tous les yeux sont tournés vers l’espace à la recherche de vie extraterrestre ou d’exoplanètes habitables, des écosystèmes entiers restent inexplorés, tout près de nous, là, sous nos pieds et au fond des océans.

Cette pierre gravée, a été faite par les Mayas, et a été trouvée, avec beaucoup d’autres, sur le site de  Calakmul, il y a environ 80 ans selon l’INAH (l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire) du Méxique.
La représentation parle d’elle même, on y voit clairement des vaisseaux entrer et sortir de la Terre représentée creuse, la Lune y est même représentée à l’échelle pour que cela soit bien clair pour celui qui contemplerait cette œuvre.

Découverte d’une porte secrète, entrée du monde inconnu de la terre creuse…?

Dans de nombreux enseignements traditionnels, on admet l’existence d’une Société d’Initiés qui, d’un Centre mystérieux, règle les destinées du monde. Ce centre, selon les traditions, se nomme :

  • Shamballah
  • Grande Loge Blanche
  • Le Saint Empire
  • Le Collège de la Lumière
  • La Cité du Soleil
  • Royaume du Prêtre Jean
  • Centre du Monde
  • Nouvelle Atlantis
  • Macaria
  • Ville Sainte Universelle
  • L’Agartha.

et les êtres qui peuplent le Centre sont désignés sous différents vocables :

  • Moines blancs
  • Très Sages
  • Compagnons de la Tour
  • Pères du désert
  • Esychastes
  • Frères aînés
  • Maîtres spirituels
  • Sages de Sion
  • Maîtres invisibles
  • Jardiniers d’Elzbethstein
  • Maîtres du Monde
  • Supérieurs inconnus.

Le Très Haut Dignitaire est ainsi désigné :

  • Prince du Royal Secret
  • Melchisédech
  • Makarie
  • Le Roi du Monde.                                                                                                                                                                                                                                                                               Il existeraient plusieurs entrées permettant d’accéder à ce monde.

Papus disait, il y a cent ans : « Existe-t-il en Europe des Maîtres Véritables, à côté, en dehors ou au dedans de centres initiatiques ? A cette question, je répondrai par l’affirmative. » (1)

QUELLE EST CETTE SOCIETE DE HAUTS INITIES.

Gustave Meyrink, dans un extrait du « Dominicain blanc », dit que depuis des temps immémoriaux, il existe sur la Terre un groupe d’hommes qui régit la destinée des hommes et que, pour soulager le fardeau sous lequel l’humanité soupire, la BEAUTE sera désormais le seul dieu auquel l’humanité devra adresser ses prières.
Goethe nous parle d’une société secrète initiatique, à caractère pédagogique et social, « La Société de la Tour ». Elle est simplement la préfiguration d’une Obédience maçonnique idéalisée (2) ; cérémonies occultes, grades initiatiques, ubiquité dans l’action où tout porte mystère. Il s’agit non seulement d’un ordre, mais d’une société universelle qui mène le monde.
Arrêtons-nous un peu sur la Synarchie (3)
Cette dernière est assimilée à une Loge maçonnique et son initiateur, Joseph Alexandre Saint Yves, marquis d’Alveydre (1842-1909), est un des auteurs qui ait évoqué clairement la légende du Roi du Monde et consacré un ouvrage au Centre Initiatique qu’il appelle « L’Agartha ». Pour confirmer cette thèse, citons Lucius Amplius, écrivain du IIIème siècle et auteur d’un « Liber mémoralis » dont on retrouve trace à Leyde en 1638, qui fait état d’une cité appelée « Agartus », près du Nil.
Bô Yin Râ (4) postule l’existence d’une « Grande Loge Blanche »
« Cénacle des Auxiliaires Spirituels » qui représente l’union la plus singulière qui soit sur cette planète. Les membres de cette « Un-Ion » ne se rapprochent corporellement les un des autres que très exceptionnellement, et cependant, leur contact spirituel est ininterrompu.

La Franc-maçonnerie du XVIIIème siècle, Les Rosicruciens, les Martinistes parlent de « Supérieurs Inconnus ».
Qui furent-ils, puisqu’ils sont inconnus ?
Ce qui est sûr, c’est que dans cette légende qui donne lieu à de nombreuses controverses, se retrouve toujours l’image d’Initiés ayant atteint un tel degré de réalisation spirituelle qu’ils sont devenus capables de savoir ce qui convient aux individus et aux sociétés.
Vers 1800 surgit, ou resurgit, d’après Jacques Bergier et Louis Pauwels dans « Le matin des magiciens » (5), une société initiatique strictement fermée « La Fraternité Hermétique de l’Aube d’Or ». Ses membres sont limités à 144, tous Maîtres Maçons, et que les vrais chefs sont les Supérieurs Inconnus.

Notons que l’Ordre Martiniste appelle ses membres :

  • Supérieur inconnu, au troisième degré
  • Supérieur inconnu initiateur au quatrième degré

LE ROI DU MONDE

On retrouve le « Roi du Monde » (6) dans de nombreuses civilisations. Il se tiendrait à Agartha, Centre Suprême, appelé « Le Pôle » par René Guénon.
Le Roi du Monde est associé à Melchisédech, personnage biblique, à la fois prêtre et Roi de Salem, et apparaît dans la Genèse pour bénir Abraham. Il est le Roi du Monde, le Prêtre Jean, le Châkrânarti de l’Inde védique.
Dans l’épître aux Hébreux (V, 9-10), il est dit : « Tout fils qu’il était (le Christ), il fut proclamé par Dieu « Grand Prêtre de l’Ordre de Melchisédech ».
Dans Genèse XIV, 18 et Hébreux V, VI, VII…il est soutenu que Melchisédech était l’envoyé de l’Agartha.
Les prêtres catholiques et orthodoxes sont ainsi ordonnés : « Tu est sacerdos in æternum, secundum ordinem Melchisédech ».

L’AGARTHA
Agartha traduction d’un terme du bouddhisme mahayana, il désigne le royaume souterrain situé au centre de la Terre (peut-être au Tibet), où règnerait le Roi du Monde.
Selon les auteurs, il est réel ou symbolique. Il semblerait que ce centre de la Terre, l’Agartha, se présente comme le centre du Monde, sans limitation géographique. Il répond donc à une réalité universelle, voire la « Ville Sainte Universelle ».
De fait, il semble bien que le symbolisme hyperboréen de la ville de Thulé et celui de Luz, la Ville Bleue chez les Hébreux, soient encore des images de la même nostalgie : celle de la Grande Cité Inaccessible, où les hommes vivaient en amitié avec les dieux.

Tous les livres sacrés, depuis des temps immémorables, ont précisé que nos récentes civilisations ont été précédées par une civilisation apportée par des « extra-terrestres », grands, blancs à la chevelure claire. Les pyramides d’Egypte, la « pampa » des Andes Péruviennes à Nazca, le trident de 250 m de haut dans la baie de Pisco, le calendrier de Tianhuanaco et toutes les gravures murales représentant des aéronautes, ainsi même que les écrits bibliques nous mettent devant un fait inéluctable.
Est-ce là la réalité ancienne, ayant imprimé nos chromosomes au point d’avoir des réminiscences porteuses d’images, au fil des siècles, qui font apparaître nos Initiateurs Primaires comme des Supérieurs Inconnus ?

Force est de constater que notre Histoire sociale et religieuse est trafiquée depuis des millénaires. Rappelons-nous seulement de Galilée « Eppur se mueve » en parlant de la Terre, de toutes ces bibliothèques pillées et brûlées où tout le passé de l’humanité sombra dans des brasiers.
Mais, recentrons-nous sur le mythe cabalistique d’une puissance souterraine régnant clandestinement sur la société, souterraine ou même sous-marine. Ce mythe, vieux comme le monde prit-il corps par opposition aux cités célestes, séjour des dieux ?

Dans le mystère de l’Agartha, les occultistes reconnaissent volontiers la symbolique des entrailles de la mère, de la caverne et de la grotte initiatique, tout comme la Franc-maçonnerie avec l’épreuve de la Terre.
Pour ceux à qui cela parle, rappelez-vous :
Le cabinet de réflexion, V.I.T.R.I.O.L., Tubal-Kaïn, la caverne, la voute sacrée …

Ne faudrait-il pas voir dans la légende de l’Agartha, le mythe du paradis perdu, de l’homme déchu cherchant à se recentrer ?
L’Agartha, le Roi du Monde, c’est peut-être, alors, la Quête du Graal, la recherche de ce qui a été perdu auquel la Franc-maçonnerie participe activement.

« Visite l’intérieur de la terre et, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée »

(1) – « Traité élémentaire des sciences occultes », 5° édition (Paris – Chanel 1888). PAPUS (Docteur Gérard ENCAUSSE, né le 13/07/1866 à La Corogne (Espagne) et décédé le 25/10/1916.
(2) – Structure participant à la fois des Templiers et de la Rose-croix, de la Franc-maçonnerie et de la Confrérie Mystique du Saint Graal. Société d’élus hauts initiés perpétuant un message sacré.
(3) – La Synarchie, pendant la deuxième guerre mondiale, a été désignée comme la plus secrète et la plus nocive des loges maçonniques.
(4) – Nomen mysticum de Joseph Scheiderfranken, né en 1876 à Aschaffenburg.
(5) – « Le matin des magiciens », collection « Folio », Editions Gallimard, 1960, page 337 du numéro 129.
(6) – « Le Roi du Monde » de René Guénon, d’après une publication de « La mission de l’Inde en Europe », de Saint Yves d’Alveydre et de celle de « Bêtes, hommes et dieux », de Ferdinand Ossendowski.

Thierry Ronat